S’inspirer des startups ESCP qui marchent le 12 juin 2012

 

Vous cherchez une idée business pour vous lancer ? Le courage de sauter le pas ? Ou un petit stage en startup afin de découvrir l’esprit ?
Rejoignez-moi le mardi 12 juin prochain sur le campus de l’ESCP à Paris…

 

Vous faites quoi mardi 12 juin ?  Rien de spécial ?
Cela tombe bien, j’ai un bon plan pour vous… En plus c’est gratuit et vous pouvez arriver à l’heure qui vous convient !

 

L’ESCP Europe organise, comme chaque année, un évènement pour présenter les plus belles startups issues de son école. L’évènement a lieu 79 avenue de la république à Paris, métro Saint-Maur.

Au programme :

14h-18h : Session de pitchs des plus belles start-ups de ESCP Europe
18h-19h : Village de start-up et Networking
19h-20h30 : Soirée et cérémonie de clôture.

De nombreux investisseurs, coachs, facilitateurs and co seront présents… Un bon moment d’aller pitcher votre idée pour la confronter à la réalité et obtenir de précieux retours..
Ou qui sait ! Peut être trouver une startup complémentaire à la votre pour nouer un partenariat.

Un lien vers leur site ici

Faites vous ces erreurs quand vous mettez une image sur votre site ?

Les droits d’utilisation des icônes :

Sur la toile on trouve de multiples sites proposant des icônes, des images, des photos gratuitement, mais peut on pour autant les utiliser librement et sur tous les supports.
Assurément non, il existe des licences qui allouent des droits d’utilisation des images différents en fonction de la nature du support et de la manière dont elles sont utilisées.

Quelles sont ces licences :

Il y a 3 grandes familles de licence :
– les droits gérés : pour un montant donné vous avez la possibilité d’utiliser une image selon les conditions qui vous sont précisées. Le montant de la cotisation peut évoluer en fonction de la taille/qualité de l’image, du type et de la durée d’utilisation.
– les libres de droit : pour un montant fixe vous achetez une image réutilisable. Le montant de la cotisation peut évoluer en fonction de la taille/qualité de l’image et de son type d’utilisation.
– les libres diffusions : elles permettent au minimum la copie des images. Attention les licences libres sont des licences de libre diffusion, mais les les licences de libre diffusion ne sont pas des licences libres.

Développons : parmi les licences libres nous trouvons la licence Art libre et les licences creative commons.

La licence Art libre pratique le copyleft. Elle fut créée en juillet 2000, suite aux rencontres Copyleft Attitude organisées par Emmanuelle Gall et les artistes : François Deck, Antonio Gallego, Roberto Martinez et Antoine Moreau. Les images peuvent être copiées, diffusées, et transformées dans un contexte gratuit ou commercial à condition qu’il soit toujours possible d’accéder à sa source pour la copier, la diffuser ou la transformer.

Les licences Creative Commons : assez libres, elles sont modulables. Elles sont basées sur quatres critères : 1 obligatoire et 3 facultatifs. Le critère obligatoire est la paternité : lorsque l’on utilise une image, il faut en citer l’auteur.
Les trois critères facultatifs autorisables ou interdisables par l’auteur sont les suivants :
– utilisation commerciale
– modifications/traductions de l’œuvre
– partage des conditions initiales à l’identique : si l’auteur autorise les modifications de son oeuvre, il peut en plus exiger que l’oeuvre qui en découle partage les mêmes licences creative commons que l’oeuvre originale.

Les meilleurs sites où trouver des icônes :

http://www.iconeasy.com/ : les icônes sont téléchargeables en pack, beaucoup de licence creative commons et à priori pas d’usage commercial autorisé.
Icônes rangées par catégories pas de moteur de recherche.

http://www.iconarchive.com/ : grand choix d’icônes par thème, téléchargeables en pack ou à l’unité, pas de moteur de recherche, pas d’usage commercial autorisé.

http://www.iconfinder.net/ : moteur de recherche, possibilité de filtrer les résultats pour obtenir les images avec usages commerciaux autorisés.

http://iconfever.com/ : moteur de recherche regroupant un grand choix de pack d’icônes, possibilité de trier les icônes disponibles pour un usage commercial.

http://www.iconspedia.com/ : là aussi beaucoup de licences creative commons, moteur de recherche et groupement d’icônes par thèmes, quelques icônes en licence libres et autres.

http://www.iconseeker.com/ : moteur de recherche regroupant un grand choix d’icônes téléchargeables individuellement, a priori pas ou peu d’icônes disponibles pour un usage commercial.

http://www.veryicon.com/ : moteur de recherche regroupant un grand nombre d’icônes téléchargeables à l’unité ou par pack, a priori pas ou peu d’icônes disponibles pour un usage commercial.


http://365icon.com/
: pas de moteur de recherche mais un large choix d’icônes, certaines libres de droit, beaucoup sont très originales et artistiques.

Pour finir, nous ne vous le rappellerons jamais assez vérifiez, revérifiez que vous utilisez les icônes ou images que vous téléchargez en toute légalité.
Certaines banques d’images et certains illustrateurs n’hésiterons pas à vous faire payer assez cher une utilisation de leurs œuvres sans leur consentement ou en dehors des limites de leurs licences.

Comment j’ai créé facilement un négoce de scooters en changeant la localisation du produit

 

Le consommateur est un être non rationnel, il prend en compte un certain nombre de critères de décision dans son processus d’achat. Ces critères peuvent varier d’un individu à l’autre, de même que leur pondération dans ce processus.

Dans le même temps les entrepreneurs tentent d’appréhender les critères de décision couramment utilisés dans leur catégorie de produits afin de pouvoir jouer sur ces leviers et positionner leur offre avec plus de valeurs que celle des concurrents.

Cette réflexion sur les critères subjectifs des consommateurs étant issue d’une expérience de création d’un négoce de scooters, j’utiliserai cet exemple comme illustration.

De nombreux entrepreneurs s’arrêtent aux critères de décisions les plus visibles des consommateurs : les critères objectifs. Ce sont des critères assez facilement identifiables puisqu’ils sont en général reconnus et avoués par les consommateurs. Dans le cas d’un scooter les critères objectifs sont par exemple le nombre de kilomètres au compteur, l’ancienneté du scooter, le prix d’origine. Ces critères sont mesurables, et en général facilement vérifiables par le consommateur. Étant donné  leur poids dans le processus de décision il n’est pas possible pour l’entrepreneur de négliger de tel critère.

Il existe cependant d’autres critères plus subjectifs, mais néanmoins communs à un grand nombre de consommateurs, sur lesquels l’entrepreneur peut agir : les critères subjectifs.
Prenons par exemple la variable « état du scooter », le consommateur en achetant un véhicule d’occasion va se faire une idée générale de l’état du scooter. Cette idée se constituera par le biais de critères objectifs (nombre d’entretiens, kilométrage, etc…) mais également par le biais de critères subjectifs. Dans ce cas la, les critères subjectifs que le consommateur utilise (souvent inconsciemment) pour évaluer l’état d’un scooter sont variables.

L’exemple le plus frappant dans ce cas est la localisation du produit : un scooter localisé dans le 16e arrondissement à Paris ou en vente dans une banlieue « chaude » de Paris n’engendre pas le même postulat de l’état d’entretien du scooter… Le consommateur va considéré qu’un scooter en vente dans le 16e a été mieux entretenu (dormi dans un garage, etc..). La localisation du produit peut donc avoir, paradoxalement, une influence sur un critère de décision d’un produit. Il est bien sur possible de découvrir de nombreuses influences de la localisation d’un produit sur un critère de décision pour un produit autre qu’un scooter..

Il est ainsi possible d’ouvrir son champs de recherche des critères de décision des consommateurs et tenter de rechercher ce genre de critères, multiples car plus subjectifs, puisqu’il s’agit d’une incroyable opportunité de trouver un trou de business ou encore de positionner son offre pour qu’elle soit la plus forte possible.

Si vous aussi vous avez découvert un de ces critères subjectifs, pourquoi ne pas laisser un commentaire…