Les 5 soldes à ne pas manquer quand on est entrepreneur

Quand on lance une entreprise on cherche souvent à faire des économies, pour sa propre petite personne (pas ou peu de salaire au début et franchement il faut continuer à se faire plaisir) ou pour son entreprise. Voici selon moi, 5 soldes à ne pas manquer quand on est entrepreneur !

 

1. Un costume/petite robe noire pour les 1ers rendez-vous clients

Les soldes c’est le bon moment pour investir dans un costume (pour les hommes) ou une petite robe noire (pour les femmes) et mettre tous les atouts de votre coté pour rencontrer vos futurs clients ou partenaires !
Il suffit de se rendre chez Zara par exemple ou d’aller sur le site asos.fr .

 

2. Le tee-shirt de Zuckerberg

Mais les soldes c’est aussi l’occasion de profiter de son statut d’entrepreneur et de s’acheter des vêtements que les salariés ne peuvent mettre que le weekend ! Alors profitez ! Achetez vous cette robe en léopard ou ce tee-shirt IronMan qui vous tente tant.

 

3. On invite ses futurs clients ou partenaires au restaurant à -50% (ou on invite pas)

Que votre projet soit déjà lancé et que vous prospectiez vous 1ers clients ou que vous recherchiez encore une idée, il faut toujours essayer de maximiser les contacts utiles. Parlez de votre projet ou idée au maximum !

Et quoi de plus agréable (et un bon argument pour convaincre votre interlocuteur…) que de manger dans un bon restaurant !

Mais c’est la crise (et l’entrepreneuriat…), pas question de payer comme tout le monde.
Les 2 solutions du moment :

– Réserver à l’avance sur le site lafourchette pour bénéficier d’une réduction de 50% sur l’addition dans un des restaurants proposant une promotion. Il y en a vraiment pour tous les goûts et je conseille surtout les promotions sur la carte plutôt que les menus spéciaux La Fourchette, pour inviter quelqu’un cela simplifie la tache.

– Devenir membre de restopolitain pour bénéficier d’un repas offert pour un repas acheté dans de nombreux restaurants partenaires.

 

4. On continue d’apprendre !

Les soldes sont aussi l’occasion d’acheter des livres.

Il y a en ce moment des soldes sur les livres papiers (FNAC and co) et même sur les livres électroniques (Amazon).

 

5.  Du matériel informatique

On s’achète le nouveau macbook air (non c’est pas en solde)

Avez-vous déjà un ordinateur assez performant pour pouvoir bien avancer votre projet (= ne pas perdre mille ans avec un ordinateur très lent, en plus, c’est décourageant) ?

Vous devenez bloggeur pro ou vous lancez un site web ? Peut être qu’un appareil photo performant pourrait être un bon investissement pour réaliser des photos de qualité pour votre site…

 

 

Vous avez d’autres idées ?

Les 5 craintes d’un entrepreneur face à François Hollande

 

François Hollande est le nouveau président de la République. Qu’on soit entrepreneur de gauche ou de droite, la question du moment est : Quels changements pour l’entrepreneuriat ?
Voici selon moi 5 points qui font peur ou intriguent les entrepreneurs et aspirants-entrepreneurs…

 

  1. Revenir sur le statut d’auto-entrepreneur 
    Le statut régime auto-entrepreneur est selon moi un bon tremplin vers la création d’entreprise malgré des détournements. Il permet de tester de nombreuses activités en limitant les risques, la paperasse et l’investissement de départ. Augmenter son imposition ou la complexité des déclarations, c’est retourner vers du travail au noir. Un meilleur contrôle pour éviter les abus serait par contre nécessaire.
  1. Un taux d’imposition différent selon la taille de l’entreprise
    Un taux d’imposition de 15% pour les startups ? En voilà une bonne idée ! Mais encore faudra t’il que l’augmentation des autres charges réduisent comme peau de chagrin le bénéfice, souvent maigre au début, d’un startup.
  1.  Augmenter le montant des cotisations pour les contrats courts
    Une startup carbure souvent beaucoup aux stagiaires, CDD, etc… Pas faute de ne vouloir embaucher en CDI mais cela reste difficile au début par manque de flexibilité et une vision sur l’avenir incertaine. Le coût du travail risque donc d’augmenter pour nos chères startups.
  1.  Les investissements ISF et loi TEPA
    Au début de son existence, une petite startup cherche à récolter le plus d’argent possible pour espérer un développement optimal… Quid du love money et des business angel  si investir dans une startup devient moins intéressant ? Je connais déjà certaines startups dont les levées de fonds ont été suspendues par leurs business angel en attendant plus de précisions…
  1. Les services à la personne
    Un secteur de prédilection pour les entrepreneurs !  Qui bénéficie grandement de la déduction d’impôt de 50% qui est consentie aux familles… Si ce taux baisse, les familles consommeront elles moins aussi ?

 

Et  vous, qu’est ce qui vous fait peur ? Qu’est ce que vous espérez ?

 

Enfants/adolescents Web-Entrepreneurs (5 exemples)

 

Les ados entrepreneurs ci dessous ont été sélectionnés par le célèbre site TechCrunch US.

Jessica Mah

jessica mah Jessica Mah a 19 ans. Elle a fondé sa 1ere start-up à l’âge de 13 ans!

En bon geek, elle est actuellement étudiante en informatique à Berkeley.

Elle a fondé en 2008 internshipIN.com, un site d’aide à la recherche de stage pour les étudiants. Plusieurs milliers de personnes utilisent son service !

L’année 2009 étant un nouveau défi, Jessica a fondé Indinero, un solution software facile de gestion des finances pour les entreprises.

En plus d’être étudiante et CEO de 2 entreprises, Jessica Mah est très impliquée dans l’éducation :

– Elle tient un blog sur l’entrepreneuriat et son expérience

– Elle apparait dans PBS Biz Kids (une série TV qui apprend aux enfants le « business and money »)

– Elle collabore avec des auteurs à succès (Cal Newport) pour aider les étudiants à trouver leurs passions.

Continuer la lecture de Enfants/adolescents Web-Entrepreneurs (5 exemples)

L’anatomie de l’entrepreneur

 

La fondation Kauffman pour l’entrepreneuriat a réalisée une étude sur « l’anatomie de l’entrepreneur ».
Il s’agit de déterminer les caractéristiques sociales, familiales ainsi que les motivations des entrepreneurs.

Voici les 10 points les plus marquants :

– La moyenne d’âge du créateur est de 40 ans

– 95,1% ont un diplôme de niveau bachelor et 47% ont des diplômes supérieurs

– La majorité des entrepreneurs (75,4%) ont travaillé au moins 6 ans en tant que salarié

– Moins d’1% des entrepreneurs viennent de familles très aisées ou très défavorisées

– Seul 18% des entrepreneurs ont développé une technologie qu’ils voulaient commercialiser

– La moitié des entrepreneurs (51%) sont les 1er à lancer une entreprise dans leur famille

– 52% des entrepreneurs étaient déjà intéressés par l’entrepreneuriat pendant leurs études mais presque 35% n’y avaient jamais pensé

– La moyenne du nombre d’entreprises lancées par les répondants est de 2,3

– La 1ere motivation de l’entrepreneur est de construire de la richesse (presque 75%)

– La difficulté à trouver un emploi est un facteur peu important

Cette étude a été menée auprès de 549 créateurs d’entreprises dans des secteurs très variés.

L’étude a été réalisée aux Etats-Unis.
Quel chiffre vous étonne le plus ?

Aspirants entrepreneurs : Comment trouver un stage dans une start-up ?

 

Pendant ses études il y a de nombreuses façons de développer son esprit d’entrepreneur et d’acquérir de l’expérience comme par exemple faire partie de la Junior Entreprise de son école, d’une association ou encore en essayant de découvrir des trous business.

Les stages restent cependant obligatoires dans la plupart des cas.
Une question se pose alors : Faire son stage dans une grosse entreprise ou bien aller s’imprégner de l’esprit start-up ?

Les implications et les responsabilités ne sont très différentes : mieux payé dans la grosse entreprise (voir pas payé pour la start-up!), plus de responsabilités et de possibilités de toucher un peu à tout dans la start up. L’ambiance de travail est en général également différente.

A mon avis si vous cherchez un stage dans votre pays d’origine vous pouvez envisager l’approche start-up.. Pour l’étranger l’approche grande entreprise reste à privilégier ne serait ce qu’au niveau de la rémunération !

Chercher (pas avoir) un stage  dans une grosse entreprise est facile : il suffit de se rendre sur le site institutionnel de l’entreprise qui vous intéresse.

Par contre vous ne connaissez pas forcément toutes les start-up qui pourraient potentiellement vous intéresser.. Comment faire ?

La 1ere solution est de regarder les listes de start up présentent dans les incubateurs ou dans les concours. Vous pourrez alors directement contacter ces entreprises en leur proposant vos services.
La 2e méthode est plus récente et c’est celle si que je voudrai présenter : utiliser un site internet d’annonces de stages uniquement de stages en start up !

Le 1er site internet, encore en version béta, a une portée internationale : http://www.enternships.com/ Fondé par des membres d’Oxford, il a été dévoilé au public le mois dernier. Le site est design et le nombre d’entreprises offrant des stages augmente assez rapidement. Le gros atout d’enternships réside vraiment dans sa volonté de devenir le numéro 1 de cette niche au niveau mondial.

Le site n’ayant qu’un mois d’existence, et les fondateurs étant d’Oxford, les 1re annonces sont surtout en Angleterre  et il n’y a pas, pour le moment, de stages disponibles à Paris. Cela ne saurait tarder !

Si vous cherchez un stage dans une start-up française vous pouvez utiliser Innovons-ensemble.com qui possède une partie stages, mais elle ne contient pas beaucoup d’annonces pour le moment.

La dernière méthode publique (la plus fastidieuse) est bien sur d’éplucher les sites d’annonces de stages classiques puisque c’est encore le moyen visible le plus utilisé par les start-up françaises.

Enfin si vous avez un réseau utilisez le ! Cela reste le plus efficace !  70% des postes sont pourvus grâce au bouche-à-oreille ou par agréement…